Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
6 juin 2011 1 06 /06 /juin /2011 23:33

Autre univers

Dans un autre monde, sur une autre planète, les dragons sont les maîtres et ils ont réduit en esclavage les autres êtres vivants. Leur domination est-elle cependant débonnaire? Je ne saurais en être sûre...

Voyez ce dragon-ci, par exemple. Jouant les esthètes, il se promène dans son parc fleuri et arboré en écoutant la musique de sa flûtiste favorite. Mais je lui trouve l'air bien dédaigneux, voire blasé...

Je penserais bien que, se croyant sans doute supérieurs, les dragons de ce monde n'aient fini par considérer avec mépris ceux qui sont à leur service, malgrè tous leurs talents...

J'espère qu'il n'en est pas de même sur toutes les planètes qui tournent dans notre univers!

Repost 0
Published by Gouacheuse - dans Histoires étranges
commenter cet article
26 octobre 2010 2 26 /10 /octobre /2010 23:30
 
La fée fantôme Des  écharpes de brume traînent dans son sillage… Elle passe, visage sans expression, les yeux vides, mais son coeur est si douloureux… Autour d’elle, le silence se fait et tout devient gris…
Autrefois, il y a bien longtemps, elle a aimé un jeune et beau chevalier, qui la poursuivait de ses assiduités dans les sentiers de la forêt. Il lui faisait des serments d’amour éternel, tant qu’elle a laissé son coeur s’émouvoir, et qu’elle s’est liée à lui. Pour lui, elle a édifié dans les airs un château de lumière, dont il a parcouru sans surprise les salles et les cours. Pour lui, elle a renoncé à la vie forestière et à la compagnie des autres fées: plus de danses à la nuit sous la lune, plus de jeux au bord des étangs!
Elle a enchanté les jours de son époux: elle était la plus belle des dames, et la plus gracieuse, elle chantait comme aucune autre et faisait résonner les cordes de sa harpe mieux que le plus doué des trouvères, elle faisait grandir les arbres les plus rares et les fleurs les plus odorantes, elle organisait les fêtes les plus raffinées et les jeux d’esprit les plus subtils…
Que s’est-il passé dans le coeur du chevalier, pourquoi s’est-il détourné d’elle, pourquoi l’a-t-il vilainement trompée? Quand elle a compris qu’il ne l’aimait plus, tout en elle s’est glacé et elle est devenue comme morte, toujours vivante, mais insensible…
Et depuis des siècles, elle survit dans les lieux de son bonheur amoureux, elle passe et repasse sans cesse dans les endroits qu’elle aimait, mais son coeur n’y est plus attaché, et la tristesse règne désormais. Les voyageurs, les chasseurs, tous ceux qui passent par là sentent un froid les pénétrer, sans comprendre. Quelques-uns l’ont aperçue, passant sans un regard, glissant au bord des eaux; certains ont même entendu le long gémissement de douleur qu’elle exhale; tous en ont fait des cauchemars, car sa douleur les avait pénétrés, et ils ne pouvaient plus l’oublier…
Repost 0
Published by surlesentierdesfees.over-blog.com - dans Histoires étranges
commenter cet article
7 octobre 2010 4 07 /10 /octobre /2010 23:21
La tour verte 
Dominant les toits colorés des maisons, s’élève la Tour Verte. La mer bat les rochers qui constituent sa base et elle se trouve comme à l’écart. Les gens sont habitués depuis longtemps à son existence et ne posent pas de question; pourquoi en effet s’en poserait-on? On ne constate aucun mouvement, aucune agitation autour d’elle, jamais. N’est-ce pas étrange, tout de même, cette tranquillité permanente?
Sans se le dire explicitement, les gens savent en fait que c’est une sorte d’endroit maléfique. Des choses s’y sont passées, qui ont fini par se savoir, et qui font que la plupart des gens préfèrent éviter l’endroit… sauf quelque imprudent peut-être… ou quelqu’un qui n’a plus rien à perdre.
Voici pourquoi la Tour Verte est redoutable: celui qui y entre est accueilli par la plus belle des jeunes dames dont on puisse rêver sur cette terre. Elle se présente comme la maîtresse des lieux et invite fort aimablement l’aventureux passant à rester pour un petit moment, le temps de visiter sa tour et de découvrir toutes les merveilles qu’elle renferme. L’homme accepte, n’osant pas déplaire à une si belle dame, parée de toutes les grâces; il est déjà subjugué par ses gracieuses manières et sa douce voix. Il la suit dans les étages et découvre tapisseries brillantes, peintures et sculptures presque aussi vraies que la réalité, voilages aèriens s’agitant mollement  au souffle de vents parfumés, il entend de ravissants chants d’oiseaux ou le son harmonieux d’instruments jouant ensemble de planantes musiques; il lui semble être dans de vrais jardins remplis de fleurs artistement disposées et exhalant les plus exquises fragrances…
Puis la belle dame l’invite à une collation, où il déguste les gâteaux les plus moelleux aux saveurs mélangées, accompgnés de boissons colorées qui le laissent dans un état de béatitude qu’il ne soupçonnait pas. Combien de temps s’est-il écoulé? il ne le sait plus et ne s’en préoccupe d’ailleurs plus, il a oublié toute sa vie d’avant. Aussi, quand la belle dame lui offre son amour, s’estime-t’il le plus heureux des hommes…
Et le temps s’écoule dans les délices… jusqu’à ce qu’un jour la mémoire revienne au voyageur: il se souvient d’avant, qu’il avait femme et enfant, des parents qui l’aimaient et dont il était le soutien, qu’il exerçait un mérier, qu’il avait des amis…
Alors il dit à la belle dame qu’il doit partir, qu’il reviendra car il l’aime; elle dit qu’elle comprend, qu’elle aussi l’aime, qu’elle l’attendra. L’au revoir est déchirant, mais il descent courageusement les escaliers, sort et avance sans se retourner… pour constater au bout qe quelques pas qu’il ne reconnaît plus rien autour de lui: tout a changé, le style des maisons, le costume des passants, les boutiques et leurs enseignes, les palais et les temples…
Que s’est-il passé? Combien de temps a-t’il passé dans la tour? Quelques jours,pas plus d’un mois… il compte… et se sent perdu dans sa tête. Il ne reconnaît plus la rue où il habitait, ne retrouve plus sa maison, plus rien de ce qui faisait son univers avant. 
Il finit par comprendre qu’il est resté dans la tour bien plus longtemps qu’il ne le pense, un certain nombre d’années, plus d’un siècle, peut-être deux, comment savoir…? Alors il se dit qu’il va retourner à la tour, retourner auprès de la dame qui l’a enchanté, mais il ne rerouve pas le chemin d’accès, et la tour lui demeure inaccessible… à tout jamais.
Repost 0
Published by surlesentierdesfees.over-blog.com - dans Histoires étranges
commenter cet article
5 octobre 2010 2 05 /10 /octobre /2010 23:47

 Le château dans la mer  Quelque part en un pays lointain et à une autre époque, il y eut une épidémie, une pestilence qui faisait mourir presque tous ceux qu’elle atteignait. Cela commençait par une fièvre froide qui abattait et rendait inapte à toute activité; la personne touchée n’avait d’autre ressource que de se mettre au lit, dégoutée de toute nourriture mais dévorée de soif. Puis la peau se couvrait de pustules bleuâtres d’où s’échappait après quelques heures un pus malodorant. Les pauvres malades trouvaient alors peu d’âmes courageuses pour rester à leur chevet et s’occuper de les faire boire et nettoyer leurs écoulements. Et la mort survenant assez rapidement, les corps restaient délaissés à se décomposer, les personnes de la famille ayant fui… mais la pestilence finissait par rattraper son monde.

Au milieu de cette désespérance, de nobles et riches personnes, encore dans la fleur de l’âge, beaux jeunes gens et jeunes filles, aimant se retrouver ensemble pour partager les plaisirs que la vie offre à ceux qui sont fortunés, se retirèrent dans une île loin des rivages pour échapper à la contagion. Il y avait là un beau domaine un peu à l’abandon qu’ils firent restaurer et même embellir, et où il firent transporter leurs plus belles possessions, en matière de meubles, oeuvres d’art, vêtements, nourritures et parfums, plantes et fleurs, et même des musiciens et des artisans réputés, afin de continuer à vivre avec le moins d’incommodités possible et le plus de joie et de gaîté!

Ainsi fut élevé le château dans la mer, et ceux qui y vécurent passaient leur temps dans les fêtes, les concerts, se donnant aussi à eux-mêmes le spectacle de leur richesse, de leur beauté, de leur élégance, de leurs goûts raffinés. Et pendant ce temps, sur la terre ferme, mouraient les pauvres gens qui n’avaient aucun rempart à opposer à la contagion.

Et puis la pestilence perdit de sa virulence, et finit par cesser de prélever son tribut humain sur les populations épuisées. Alors les gens sortirent de leur désespérance, et réorganisèrent leur vie. On envoya des messagers au château dans la mer pour avertir ses occupants que la vie reprenait, que la joie revenait malgré le chagrin des pertes et des deuils.

Las!!! Quand les porteurs de bonne nouvelle entrèrent dans les jardins et les galeries luxueusement disposés, ils virent que la mort avait là aussi fait son oeuvre. Les beaux jeunes gens et jeunes filles ne lui avaient pas échappés, ils avaient succombé l’un après l’autre, et il n’en restait pas un pour raconter ce qui s’était passé…

Repost 0
Published by surlesentierdesfees.over-blog.com - dans Histoires étranges
commenter cet article

Présentation

  • : Sur le sentier des fées
  • Sur le sentier des fées
  • : Les fées nous accompagnent dans notre vie tout en restant invisibles à nos yeux. On peut cependant pressentir leur présence à nos côtés. C'est ainsi que dans mes peintures, j'essaie de raconter la vie des fées...
  • Contact

Profil

  • Gouacheuse
  • Je cherche la trace des fées et j'écoute leurs histoires... Au fond de mon jardin ou sur le chemin derrière le château, elles me murmurent qu'elles sont là!
  • Je cherche la trace des fées et j'écoute leurs histoires... Au fond de mon jardin ou sur le chemin derrière le château, elles me murmurent qu'elles sont là!

Le sentier des fées

Voyageur sur la terre,

quel est ton chemin?

Tu vas au gré des routes,

sais-tu quel est ton but?

Pressens-tu que d'invisibles présences

vibrent à tes côtés,

bienveillantes ou maléfiques?

Tu peux ici en découvrir quelques-unes...

Recherche