Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
8 octobre 2010 5 08 /10 /octobre /2010 23:56
Les-joyeux-enfants.jpg
 Les joyeux enfants sont en vacances à la campagne: explosion de bonheur!!! Lâchés dans la nature après avoir été captifs de l’école pendant tant de mois! Les vacances… l’époque des couchers tardifs, des roulades dans l’herbe, des courses dans les chemins forestiers, de la vie au grand air d’où l’on ressort hâlé par le soleil, le coeur plein de joie et le corps plein de vitalité.
Les enfants, je vous regarde en passant sur mon chemin, et je vous dis MERCI, car vous nous apprenez à vivre l’instant présent, sans ressasser le passé ni nous soucier de l’avenir, et je souhaite que vous soyez ainsi le plus longtemps possible, car hélas! cet heureux état ne dure pas et la vie un jour commence à nous mettre à l’épreuve…
Repost 0
Published by surlesentierdesfees.over-blog.com - dans Itinéraire magique
commenter cet article
8 octobre 2010 5 08 /10 /octobre /2010 23:45
Le-barde.jpg
 Le barde a beaucoup voyagé, il a vu beaucoup de choses sur lesquelles il a longtemps médité. Peut-être a-t-il percé quelques-uns des secrets de l’univers, mais peut-il en parler? peut-il expliquer?
En fait, les mots lui manquent pour dire ce qu’il a compris, ce n’est pas un philosophe ni un métaphysicien. Ce qu’il sait, il le dit en chanson ou en poésie, avec ses mots à lui, des mots de poête et de chanteur, et les savants ne s’y retrouvent pas dans ses paroles, car ils ne sont pas forcément poêtes.
Mais toi, voyageur sur la terre, les mots du barde te suffisent peut-être… Ecoute-le donc, et certainement tu apprendras des choses avec ses chants, mais il ne pourra te dire que ce que tu peux comprendre et tu devras chercher aussi par toi-même…
Repost 0
Published by surlesentierdesfees.over-blog.com - dans Itinéraire magique
commenter cet article
7 octobre 2010 4 07 /10 /octobre /2010 23:42
L-elfe-du-vent.jpg
 L’elfe du vent souffle de toutes ses forces sur les graines de pissenlit, pour le plaisir de les voir s’envoler, se disperser dans l’azur. Mais le pouvoir de son souffle soulève une bourrasque qui emporte les nuages et courbe les tiges des herbes et des feuillages. Un petit elfe de lumière qui tenait compagnie à un rayon de soleil en est tout bousculé et a bien du mal à résister au coup de vent.
Apaise ton souffle, elfe malicieux! Laisse revenir le calme dans l’azur! Ou bien, laisse-nous le temps de nous mettre à l’abri!
Repost 0
Published by surlesentierdesfees.over-blog.com - dans Sur le sentier des fées
commenter cet article
7 octobre 2010 4 07 /10 /octobre /2010 23:38
Dans-la-basse-cour.jpg
 Voici un lieu où il fait bon s’arrêter pour le voyageur: c’est la ferme du Bon Accueil! La fermière est toujours occupée: donner le grain aux volailles dans la basse-cour, cueillir l’herbe pour les lapins et la répartir dans les clapiers, surveiller la traite des vaches, fabriquer le beurre, donner au personnel de la ferme à chacun sa tâche pour la journée et faire la cuisine pour tout ce monde, elle n’a pas le temps de souffler…
Cela ne l’empêche pas de tendre une main obligeante au voyageur fatigué qui demande l’hospitalité. Elle lui donnera un bol de soupe plein de légumes avec une grosse tranche de pain cuit dans le four de la ferme, et il aura en sus un peu de viande du pot au feu, ou un morceau de boudin, de saucisson ou d’andouille, et des fruits ou des confitures selon la saison. Ensuite, il pourra aller dormir tranquillement dans un coin de l’étable, dans la chaleur des vaches, ou dans le grenier où le foin odorant a été rentré, bref il y aura bien un peu de place quelque part pour se refaire des fatigues du chemin.
C’est comme cela à la ferme du Bon Accueil: ce n’est pas le luxe, mais on sait y être généreux à la mode de la campagne!
Repost 0
Published by surlesentierdesfees.over-blog.com - dans Itinéraire magique
commenter cet article
7 octobre 2010 4 07 /10 /octobre /2010 23:34
La-liseuse.jpg
La voila absorbée en sa lecture! Confortablement installée sur un lit de coussins, enveloppée d’une ample robe d’intérieur, elle ne veut plus être dérangée par qui ou quoi que ce soit!
Voyageur qui frappe à sa porte pour demander un peu d’eau et un morceau de pain avant de reprendre ta route, ne pense pas qu’elle va venir t’ouvrir et manifester un peu de sollicitude à ton égard: elle restera sourde à tes appels. Peut-être, si elle est bien disposée, t’enverra-t’elle sa domestique; il faut espérer que celle-ci est plus aimable que sa maîtresse.
Elle te lancera un regard hautain, puis se plongera de nouveau dans les pages de son livre, et il sera impossible de la déranger encore jusqu’au soir… Tu n’auras plus qu’à passer ton chemin en espérant rencontrer une personne plus accueillante…
Repost 0
Published by surlesentierdesfees.over-blog.com - dans Itinéraire magique
commenter cet article
7 octobre 2010 4 07 /10 /octobre /2010 23:28
Le-roi-veilleur.jpg
Fièrement dressé dans son armure rutilante, il monte une garde vigilante aux frontières de son territoire. Sa mission: repérer l’ennemi éventuel, le combattre et le vaincre. Il est un des nombreux rois veilleurs chargé d’assurer la sécurité des voyageurs sur les routes de l’empire des hommes. Le principal danger, c’est la troupe de brigands aux intentions malfaisantes, qui guettent les convois de marchands et de pélerins sans cesse en déplacement et qui transportent avec eux des richesses appréciables ou des objets rares.
Il est rassurant de rencontrer le roi veilleur, car il sait protéger les personnes en difficulté. Son coeur s’émeut de la détresse humaine, et s’il combat sans pitié les impitoyables brigands, il est aussi capable de tendre une main secourable au voyageur perdu ou blessé.
Combattant valeureux et chef de troupe, il a toujours besoin d’augmenter sa petite armée d’hommes loyaux et fidèles. C’est pourquoi les chevaliers aventureux désireux de se mettre au service d’un preux n’hésitent pas à venir lui offrir les services de leur épée et de leur lance!
Repost 0
Published by surlesentierdesfees.over-blog.com - dans Itinéraire magique
commenter cet article
7 octobre 2010 4 07 /10 /octobre /2010 23:21
La tour verte 
Dominant les toits colorés des maisons, s’élève la Tour Verte. La mer bat les rochers qui constituent sa base et elle se trouve comme à l’écart. Les gens sont habitués depuis longtemps à son existence et ne posent pas de question; pourquoi en effet s’en poserait-on? On ne constate aucun mouvement, aucune agitation autour d’elle, jamais. N’est-ce pas étrange, tout de même, cette tranquillité permanente?
Sans se le dire explicitement, les gens savent en fait que c’est une sorte d’endroit maléfique. Des choses s’y sont passées, qui ont fini par se savoir, et qui font que la plupart des gens préfèrent éviter l’endroit… sauf quelque imprudent peut-être… ou quelqu’un qui n’a plus rien à perdre.
Voici pourquoi la Tour Verte est redoutable: celui qui y entre est accueilli par la plus belle des jeunes dames dont on puisse rêver sur cette terre. Elle se présente comme la maîtresse des lieux et invite fort aimablement l’aventureux passant à rester pour un petit moment, le temps de visiter sa tour et de découvrir toutes les merveilles qu’elle renferme. L’homme accepte, n’osant pas déplaire à une si belle dame, parée de toutes les grâces; il est déjà subjugué par ses gracieuses manières et sa douce voix. Il la suit dans les étages et découvre tapisseries brillantes, peintures et sculptures presque aussi vraies que la réalité, voilages aèriens s’agitant mollement  au souffle de vents parfumés, il entend de ravissants chants d’oiseaux ou le son harmonieux d’instruments jouant ensemble de planantes musiques; il lui semble être dans de vrais jardins remplis de fleurs artistement disposées et exhalant les plus exquises fragrances…
Puis la belle dame l’invite à une collation, où il déguste les gâteaux les plus moelleux aux saveurs mélangées, accompgnés de boissons colorées qui le laissent dans un état de béatitude qu’il ne soupçonnait pas. Combien de temps s’est-il écoulé? il ne le sait plus et ne s’en préoccupe d’ailleurs plus, il a oublié toute sa vie d’avant. Aussi, quand la belle dame lui offre son amour, s’estime-t’il le plus heureux des hommes…
Et le temps s’écoule dans les délices… jusqu’à ce qu’un jour la mémoire revienne au voyageur: il se souvient d’avant, qu’il avait femme et enfant, des parents qui l’aimaient et dont il était le soutien, qu’il exerçait un mérier, qu’il avait des amis…
Alors il dit à la belle dame qu’il doit partir, qu’il reviendra car il l’aime; elle dit qu’elle comprend, qu’elle aussi l’aime, qu’elle l’attendra. L’au revoir est déchirant, mais il descent courageusement les escaliers, sort et avance sans se retourner… pour constater au bout qe quelques pas qu’il ne reconnaît plus rien autour de lui: tout a changé, le style des maisons, le costume des passants, les boutiques et leurs enseignes, les palais et les temples…
Que s’est-il passé? Combien de temps a-t’il passé dans la tour? Quelques jours,pas plus d’un mois… il compte… et se sent perdu dans sa tête. Il ne reconnaît plus la rue où il habitait, ne retrouve plus sa maison, plus rien de ce qui faisait son univers avant. 
Il finit par comprendre qu’il est resté dans la tour bien plus longtemps qu’il ne le pense, un certain nombre d’années, plus d’un siècle, peut-être deux, comment savoir…? Alors il se dit qu’il va retourner à la tour, retourner auprès de la dame qui l’a enchanté, mais il ne rerouve pas le chemin d’accès, et la tour lui demeure inaccessible… à tout jamais.
Repost 0
Published by surlesentierdesfees.over-blog.com - dans Histoires étranges
commenter cet article
5 octobre 2010 2 05 /10 /octobre /2010 23:47

 Le château dans la mer  Quelque part en un pays lointain et à une autre époque, il y eut une épidémie, une pestilence qui faisait mourir presque tous ceux qu’elle atteignait. Cela commençait par une fièvre froide qui abattait et rendait inapte à toute activité; la personne touchée n’avait d’autre ressource que de se mettre au lit, dégoutée de toute nourriture mais dévorée de soif. Puis la peau se couvrait de pustules bleuâtres d’où s’échappait après quelques heures un pus malodorant. Les pauvres malades trouvaient alors peu d’âmes courageuses pour rester à leur chevet et s’occuper de les faire boire et nettoyer leurs écoulements. Et la mort survenant assez rapidement, les corps restaient délaissés à se décomposer, les personnes de la famille ayant fui… mais la pestilence finissait par rattraper son monde.

Au milieu de cette désespérance, de nobles et riches personnes, encore dans la fleur de l’âge, beaux jeunes gens et jeunes filles, aimant se retrouver ensemble pour partager les plaisirs que la vie offre à ceux qui sont fortunés, se retirèrent dans une île loin des rivages pour échapper à la contagion. Il y avait là un beau domaine un peu à l’abandon qu’ils firent restaurer et même embellir, et où il firent transporter leurs plus belles possessions, en matière de meubles, oeuvres d’art, vêtements, nourritures et parfums, plantes et fleurs, et même des musiciens et des artisans réputés, afin de continuer à vivre avec le moins d’incommodités possible et le plus de joie et de gaîté!

Ainsi fut élevé le château dans la mer, et ceux qui y vécurent passaient leur temps dans les fêtes, les concerts, se donnant aussi à eux-mêmes le spectacle de leur richesse, de leur beauté, de leur élégance, de leurs goûts raffinés. Et pendant ce temps, sur la terre ferme, mouraient les pauvres gens qui n’avaient aucun rempart à opposer à la contagion.

Et puis la pestilence perdit de sa virulence, et finit par cesser de prélever son tribut humain sur les populations épuisées. Alors les gens sortirent de leur désespérance, et réorganisèrent leur vie. On envoya des messagers au château dans la mer pour avertir ses occupants que la vie reprenait, que la joie revenait malgré le chagrin des pertes et des deuils.

Las!!! Quand les porteurs de bonne nouvelle entrèrent dans les jardins et les galeries luxueusement disposés, ils virent que la mort avait là aussi fait son oeuvre. Les beaux jeunes gens et jeunes filles ne lui avaient pas échappés, ils avaient succombé l’un après l’autre, et il n’en restait pas un pour raconter ce qui s’était passé…

Repost 0
Published by surlesentierdesfees.over-blog.com - dans Histoires étranges
commenter cet article
5 octobre 2010 2 05 /10 /octobre /2010 23:39
Lutin-de-l-hiver.jpg
 
La neige recouvre les collines et le village. Cela n’empêche pas le hardi lutin de sortir de sa cachette pour jouer dans l’air pur et glacé de l’hiver.
Il fait des bonds fantastiques et semble même voler, à la poursuite des cristaux de neige en suspension dans l’atmosphère. Dans ses jeux et sa joie, il oublie de penser quelle farce il pourrait bien faire aux humains qui habitent un peu plus loin. Il est tout présent à l’instant qu’il vit, jouissant de la beauté du paysage enneigé, s’émerveillant de la variété des formes des cristaux de neige!
Repost 0
Published by surlesentierdesfees.over-blog.com - dans Sur le sentier des fées
commenter cet article
5 octobre 2010 2 05 /10 /octobre /2010 23:29

Printemps.jpg 

L’hiver n’est pas fini que déjà les fées du printemps se mettent au travail: il faut déplier les corolles des crocus, hausser la tige des perce-neige, et autres tâches semblables, trop longues à énumérer, sans oublier d’ouvrir délicatement les bourgeons des arbres et arbustes pour aider les feuilles nouvelles à sortir; ensuite ce sera le tour des jonquilles, des tulipes, des multiples fleurs dont il faut favoriser la pousse en les protégeant des éventuelles rigueurs tardives de l’hiver, ce qui peut se prolonger jusqu’au mois de Mai. Elles n’auront de  repos que lorsque les fées de l’été prendront la relève.

Repost 0
Published by surlesentierdesfees.over-blog.com - dans Sur le sentier des fées
commenter cet article

Présentation

  • : Sur le sentier des fées
  • Sur le sentier des fées
  • : Les fées nous accompagnent dans notre vie tout en restant invisibles à nos yeux. On peut cependant pressentir leur présence à nos côtés. C'est ainsi que dans mes peintures, j'essaie de raconter la vie des fées...
  • Contact

Profil

  • Gouacheuse
  • Je cherche la trace des fées et j'écoute leurs histoires... Au fond de mon jardin ou sur le chemin derrière le château, elles me murmurent qu'elles sont là!
  • Je cherche la trace des fées et j'écoute leurs histoires... Au fond de mon jardin ou sur le chemin derrière le château, elles me murmurent qu'elles sont là!

Le sentier des fées

Voyageur sur la terre,

quel est ton chemin?

Tu vas au gré des routes,

sais-tu quel est ton but?

Pressens-tu que d'invisibles présences

vibrent à tes côtés,

bienveillantes ou maléfiques?

Tu peux ici en découvrir quelques-unes...

Recherche