Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 octobre 2010 2 05 /10 /octobre /2010 23:47

 Le château dans la mer  Quelque part en un pays lointain et à une autre époque, il y eut une épidémie, une pestilence qui faisait mourir presque tous ceux qu’elle atteignait. Cela commençait par une fièvre froide qui abattait et rendait inapte à toute activité; la personne touchée n’avait d’autre ressource que de se mettre au lit, dégoutée de toute nourriture mais dévorée de soif. Puis la peau se couvrait de pustules bleuâtres d’où s’échappait après quelques heures un pus malodorant. Les pauvres malades trouvaient alors peu d’âmes courageuses pour rester à leur chevet et s’occuper de les faire boire et nettoyer leurs écoulements. Et la mort survenant assez rapidement, les corps restaient délaissés à se décomposer, les personnes de la famille ayant fui… mais la pestilence finissait par rattraper son monde.

Au milieu de cette désespérance, de nobles et riches personnes, encore dans la fleur de l’âge, beaux jeunes gens et jeunes filles, aimant se retrouver ensemble pour partager les plaisirs que la vie offre à ceux qui sont fortunés, se retirèrent dans une île loin des rivages pour échapper à la contagion. Il y avait là un beau domaine un peu à l’abandon qu’ils firent restaurer et même embellir, et où il firent transporter leurs plus belles possessions, en matière de meubles, oeuvres d’art, vêtements, nourritures et parfums, plantes et fleurs, et même des musiciens et des artisans réputés, afin de continuer à vivre avec le moins d’incommodités possible et le plus de joie et de gaîté!

Ainsi fut élevé le château dans la mer, et ceux qui y vécurent passaient leur temps dans les fêtes, les concerts, se donnant aussi à eux-mêmes le spectacle de leur richesse, de leur beauté, de leur élégance, de leurs goûts raffinés. Et pendant ce temps, sur la terre ferme, mouraient les pauvres gens qui n’avaient aucun rempart à opposer à la contagion.

Et puis la pestilence perdit de sa virulence, et finit par cesser de prélever son tribut humain sur les populations épuisées. Alors les gens sortirent de leur désespérance, et réorganisèrent leur vie. On envoya des messagers au château dans la mer pour avertir ses occupants que la vie reprenait, que la joie revenait malgré le chagrin des pertes et des deuils.

Las!!! Quand les porteurs de bonne nouvelle entrèrent dans les jardins et les galeries luxueusement disposés, ils virent que la mort avait là aussi fait son oeuvre. Les beaux jeunes gens et jeunes filles ne lui avaient pas échappés, ils avaient succombé l’un après l’autre, et il n’en restait pas un pour raconter ce qui s’était passé…

Partager cet article

Repost 0
Published by surlesentierdesfees.over-blog.com - dans Histoires étranges
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Sur le sentier des fées
  • Sur le sentier des fées
  • : Les fées nous accompagnent dans notre vie tout en restant invisibles à nos yeux. On peut cependant pressentir leur présence à nos côtés. C'est ainsi que dans mes peintures, j'essaie de raconter la vie des fées...
  • Contact

Profil

  • Gouacheuse
  • Je cherche la trace des fées et j'écoute leurs histoires... Au fond de mon jardin ou sur le chemin derrière le château, elles me murmurent qu'elles sont là!
  • Je cherche la trace des fées et j'écoute leurs histoires... Au fond de mon jardin ou sur le chemin derrière le château, elles me murmurent qu'elles sont là!

Le sentier des fées

Voyageur sur la terre,

quel est ton chemin?

Tu vas au gré des routes,

sais-tu quel est ton but?

Pressens-tu que d'invisibles présences

vibrent à tes côtés,

bienveillantes ou maléfiques?

Tu peux ici en découvrir quelques-unes...

Recherche